Joyeux anniversaire !

 

Vieillissant, elles fructifient encore, elles gardent leur sève et leur verdeur…

 

Sans problème nous pouvons reprendre les mots du psalmiste (ps 91,15) au sujet de nos deux “jeunes” nonagénaires, sœur Renée et sœur Hélène.

Sœur Renée reste la “mémoire” de la communauté : Quand cela a-t-il eu lieu ? Qui était là en telle occasion ? Sœur Renée demeure “incollable” et devance quiconque s’aventure à la concurrencer sur ce terrain.

Après de longues années de service à l’économat, sœur Hélène prépare désormais avec sagacité la revue de presse lue chaque jour au réfectoire pour tenir la communauté informée des événements du monde et de l’Église.

Le 21 juin, l’infirmerie était donc en fête pour célébrer ce double avènement. Fleurs, gâteaux, bougies, chocolats, boissons réconfortantes … rien ne manquait à la table des réjouissances.

Chaque participante a apporté sa petite note. Sœur Madeleine en tant que doyenne de la communauté, du haut de ses 92 ans, a chaleureusement souhaité la “bienvenue au club” aux deux fêtées du jour. Quant à sœur Marie, l’infirmière qui veille au quotidien de notre “p’tite bande d’aînées”, elle a ravivé les couleurs du tablier de nos Grand’Mères que chacune a bien cru reconnaître comme étant celui de  sa propre aïeule.

Sœur Madeleine, entourée de sœur Marie et de Mère Abbesse

Sœur Renée et Mère Abbesse

Sœur Hélène et Mère Abbesse

Te souviens-tu du tablier de ta grand-mère ?

Le principal usage du tablier de Grand’Mère était de protéger la robe en dessous, mais en plus de cela, il servait de gant pour retirer une poêle brûlante du fourneau ; il était merveilleux pour essuyer les larmes des enfants, et à certaines occasions, pour nettoyer les frimousses salies.

Depuis le poulailler, le tablier servait à transporter les œufs, les poussins à réanimer, et parfois les œufs fêlés qui finissaient dans le fourneau.

Quand des visiteurs arrivaient, le tablier servait d’abri à des enfants timides ; et quand le temps était frais, Grand’Mère s’en emmitouflait les bras.

Ce bon vieux tablier faisait office de soufflet, agité au-dessus du feu de bois. C’est lui qui transbahutait les pommes de terre et le bois sec jusque dans la cuisine. Depuis le potager, il servait de panier pour de nombreux légumes…

Sœur Marie

Je cueille, tu cueilles, nous cueillons…

 

Du 14 au 16 juin, le soleil généreux a conduit le tilleul au mûrissement idéal pour l’organisation de la cueillette annuelle.

Voyez, qu’il est bon, qu’il est doux, de nous retrouver (presque) toutes ensemble au pied du bel arbre qui trône au milieu du jardin, pour un travail commun qui a rassemblé et mobilisé toutes les générations, depuis les trentenaires jusqu’aux nonagénaires !

Avec une récolte de 31kg de tilleul engrangés, nous avons de quoi laisser infuser et consommer sans modération : promesse de longues nuits calmes et paisibles …

 

  

Psaume 132

01 Oui, il est bon, il est doux pour des frères/sœurs *

de vivre ensemble et d’être unis !

02 On dirait un baume précieux, un parfum sur la tête, +

qui descend sur la barbe, la barbe d’Aaron, *

qui descend sur le bord de son vêtement.

03 On dirait la rosée de l’Hermon *

qui descend sur les collines de Sion. C’est là que le Seigneur envoie la bénédiction,

* la vie pour toujours.